Reportage : dans le Houndé, les paysans burkinabè ne veulent plus du coton génétiquement modifié

22 avril 2016 - Jeune Afrique - Rémi Carayol

Les paysans de Koumbia (Burkina Fasso) sont déçus des promesses du coton génétiquement modifié.

« Ici, on produit du coton de père en fils. Mais pour combien de temps encore ? « Les dettes s’accumulent, déplore le jeune Ousmane Bikienga, 20 ans. Si ça continue, on arrêtera le coton. Ça ne rapporte rien. »…

À Koumbia, on en veut à tout le monde. Aux sociétés cotonnières que l’on accuse d’imposer leur diktat et de ne s’intéresser qu’à leurs propres bénéfices. À l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), un syndicat censé défendre leurs intérêts, mais que l’on compare à une mafia. Aux responsables politiques, que l’on ne voit que le temps de la campagne électorale…

On en veut à Monsanto aussi, la firme américaine qui a amené ici ce « satané coton Bt » (du terme latin bacillus thuringiensis), le coton génétiquement modifié que l’on cultive depuis six ans dans tout le pays. « Avec les OGM, on nous avait promis la lune, mais notre situation a empiré… » ”

 

Crédit photo : site EuropeAid

 

 

Thèmes associés : | | | | |

Secteurs associés : |

Domaines associés de la RSE : | |

Pays associés :

Entreprises associées : |

Acteurs associés : | |

Contributeur(s)
Fatima Yansané
Après plus de cinq ans d'expérience au département de finances de Shell/Vivo Energy en Guinée, j'ai profité d'un séjour professionnel de mon époux en France pour faire un Master 2 Développement [...]
» En savoir plus sur le contributeur

Nos partenaires