La répression des travailleurs de la confection au Bangladesh doit cesser

5 janvier 2017 - Industriall

“…Dans un inquiétant retour en arrière pour l’industrie de la confection du Bangladesh, la police a arrêté au moins 11 dirigeants syndicaux et défenseurs des droits des travailleurs au cours des deux dernières semaines en s’appuyant sur la Loi de pouvoirs spéciaux 1974, une disposition d’exception introduite en temps de guerre…

Ces actions coup de poing des autorités font suite à des grèves menées le 12 décembre dans le district d’Ashulia de la capitale Dacca par des travailleurs qui revendiquaient une augmentation du salaire minimum de 168 à 190 dollars par mois.

Les propriétaires d’usine ont choisi une ligne dure pour ne pas augmenter les salaires, bien que ceux-ci sont parmi les plus bas du monde. Dans le même temps, le coût du logement, des biens de première nécessité et des soins de santé part en flèche…

On a au Bangladesh pour sombre tradition de viser les syndicats indépendants et les militants ouvriers, allant jusqu’à recourir à des bastonnades, de la torture et des menaces de mort. En 2012, le militant Aminul Islam a été retrouvé brutalement assassiné. Human Rights Watch ainsi que d’autres observateurs soupçonnent fortement l’implication des forces de sécurité du Bangladesh dans sa mort…”

Nos partenaires