La ratification de la Norvège entérine le Protocole historique de l’OIT sur le travail forcé

18 novembre 2015 - OIT

“La Norvège est devenu le deuxième pays, après le Niger, à ratifier le Protocole à la convention sur le travail forcé . Ce geste est considéré comme très important puisque les instruments contraignants de l’OIT prévoient généralement qu’un protocole adopté n’entre en vigueur que douze mois après avoir été ratifié par deux Etats Membres. Suite à la décision du gouvernement norvégien, le nouveau cadre de lutte contre le travail forcé et l’esclavage moderne entrera en vigueur le 9 novembre 2016.

«La ratification de la Norvège va aider des millions d’enfants, d’hommes et de femmes à reconquérir leur liberté et leur dignité. Elle constitue un signal fort pour inciter les autres Etats Membres à renouveler leur engagement de protéger les victimes du travail forcé où qu’elles soient», a déclaré Guy Ryder, Directeur général de l’OIT.

En 2014, les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs à la Conférence internationale du Travail (CIT) ont voté massivement l’adoption d’un protocole et d’une recommandation qui complètent la convention (n° 29) sur le travail forcé, 1930.

Le protocole complète la convention sur le travail forcé (1930) , en ajoutant de nouvelles mesures, notamment des dispositions en matière de prévention, de protection et d’accès à la justice, et en demandant aux employeurs publics et privés d’exercer leur «diligence raisonnable» pour bannir l’esclavage moderne dans leurs pratiques commerciales et leurs chaînes d’approvisionnement.”

Lire le Protocole.

Photo : RSE et PED

Nos partenaires