Israël : Les entreprises devraient mettre fin à toute activité dans les colonies

19 janvier 2016 - Human Rights Watch

“Les entreprises devraient cesser leurs activités dans les colonies israéliennes et cesser de financer ces colonies, de commercer avec elles ou de leur fournir des services, afin de remplir leurs responsabilités relatives aux droits humains, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Ces activités contribuent à un système en soi illégal, abusif et caractérisé par des violations des droits des Palestiniens, et en tirent profit…

Ces entreprises dépendent de la confiscation illégale par l’État d’Israël de terres et d’autres ressources appartenant aux Palestiniens, et contribuent à cette pratique tout en bénéficiant. De même, elles bénéficient de la politique discriminatoire menée par Israël, qui confère des privilèges aux colonies aux dépens des Palestiniens, notamment en termes d’accès à l’eau et à aux terrains, aux subventions du gouvernement et aux permis de développement.

« Les activités des entreprises opérant dans et avec les colonies contribuent inévitablement à des politiques qui dépouillent les Palestiniens et multiplient de graves discriminations à leur encontre, tout en permettant à ces entreprises de tirer profit des terres et d’autres ressources appartenant aux Palestiniens et confisquées par Israël »…

Human Rights Watch a enquêté sur des banques israéliennes qui financent la construction de colonies ; sur un réseau immobilier qui dispose d’une succursale dans les colonies et dont les partenaires franchisés en Israël vendent des propriétés situées dans les territoires occupés ; et enfin une entreprise de traitement des déchets, opérant uniquement en Israël et dans les territoires occupés, qui collecte et traite les déchets de colonies et les enterre dans la Vallée du Jourdain.

D’autres entreprises sont situées dans des colonies de peuplement ou dans des zones industrialisées au sein des territoires occupés, souvent attirées là par les bas salaires perçus par les travailleurs palestiniens, les loyers peu élevés et les avantages fiscaux. Human Rights Watch a enquêté sur un fabriquant de textiles qui est installé dans une zone industrielle colonisée et qui est le fournisseur d’un grand distributeur américain. Ce fabriquant s’est installé en Israël en octobre 2015. En tout, une vingtaine de zones industrielles colonisées abritent environ un millier d’usines. Dans le secteur de l’agriculture, plus de 9 300 hectares de terres palestiniennes sont cultivées ou dirigées par des colons israéliens. La plupart de ces produits industriels et agricoles sont exportés, souvent sous le label fallacieux « made in Israël »…

Israël interdit pratiquement aux Palestiniens de construire ou d’extraire des ressources naturelles dans la Zone C, placée sous son contrôle administratif. Entre 2000 et 2012, l’administration militaire israélienne a refusé 94 % des demandes de permis de construire déposées par des Palestiniens. En 2014, elle ne leur a accordé qu’un seul permis de construire. Human Rights Watch a enquêté sur l’une des carrières situées dans cette zone, propriété d’un conglomérat européen…

En outre, le système n’offre que peu de protections aux Palestiniens employés dans les colonies…”

Photo : RSE et PED

Nos partenaires