Etude OIT/Fondation MasterCard : les jeunes femmes sur le marché du travail «touchées à double titre»

9 février 2016 - OIT

Editorial par Azita Berar Awad, directrice du Département des politiques de l’emploi de l’OIT, et Ann Miles, directrice des Moyens de subsistance et de l’inclusion financière des jeunes à la Fondation MasterCard

La recherche montre une multitude de liens positifs. Pourtant, il apparaît clairement qu’une nouvelle génération de jeunes femmes est encore loin d’exploiter tout son potentiel économique et d’autonomie.

Un nouveau rapport de l’OIT, basé sur l’analyse des enquêtes sur la transition vers la vie active (ETVA) menées dans plus de 30 pays en développement, conclut qu’être jeune et femme constitue toujours un double défi pour la génération actuelle des jeunes femmes qui cherchent des emplois décents. Ces études ont été conduites grâce à un partenariat entre l’OIT et la Fondation MasterCard .

Les résultats d’enquête montrent que les jeunes sont confrontés à des difficultés beaucoup plus grandes pour entrer sur le marché du travail que ne le laissaient penser les chiffres du chômage publiés. Et les jeunes femmes sont tout particulièrement exposées aux discriminations dans leur accès au marché du travail. Beaucoup trop d’entre elles, quel que soit leur niveau d’instruction, demeurent privées de la possibilité de gagner leur vie…

Sur le marché du travail, ces jeunes femmes sont clairement désavantagées comme le montrent les principales statistiques du rapport: des taux de chômage plus élevés (en 2014, 13,6 pour cent contre 12,6 pour cent dans l’ensemble), des écarts de salaire persistants (les jeunes hommes gagnent entre 1 et 36 pour cent de plus dans tous les secteurs et professions, une proportion plus forte dans l’emploi informel (75 pour cent des travailleuses âgées de 15 à 29 ans contre 73,6 pour cent des travailleurs dans la même classe d’âge) et la transition vers la vie active prend plus de temps…

Le manque d’accès aux ressources, les mariages et les maternités précoces et le travail non reconnu et non rétribué sont quelques-unes des causes. Selon le rapport, à l’échelle mondiale, 21 pour cent des jeunes femmes attribuent leur inactivité économique à leurs responsabilités familiales et domestiques…”

Photo : site EuropeAid

Nos partenaires