[Centrafrique] Bois De Sang – Le rôle de l’Europe dans le financement de la guerre en République centrafricaine [Rapport]

15 juillet 2015 - Global Witness -

“Global Witness, qui travaille depuis vingt ans sur les liens entre industrie forestière, conflits et corruption, a pu établir que pendant le règne sanglant de la Seleka, coalition de groupes rebelles armés de Centrafrique, des entreprises chinoise, française et libanaise ont continué à exploiter les forêts centrafricaines à une échelle significative et pour un profit important. Alors que des milliers de civils innocents étaient torturés et tués par la Seleka, elles ont vendu à des négociants en bois, basés en Europe et en Chine, du sapeli, de l’iroko, du sipo et d’autres essences centrafricaines.

C’est grâce à des arrangements financiers conclus avec des responsables de la Seleka que ces entreprises forestières ont pu continuer à travailler : elles ont versé à la Seleka environ 3,4 millions EUR contre, notamment, des « services de protection ». Cet argent a permis à la coalition rebelle de maintenir des hommes armés sur le terrain et de se procurer des armes.”

Dans le rapport “Bois De Sang – Le rôle de l’Europe dans le financement de la guerre en République centrafricaine” Global Witness montre comment certaines entreprises forestières et l’Europe ont contribué financièrement au conflit en RCA.

Lire le communiqué de presse (en français).

Sur ce sujet lire l’article du Monde “Centrafrique : le commerce de bois a-t-il alimenté la guerre ?“.

Crédit photo : F.Lefèbvre (site EuropeAid)

Nos partenaires