Baromètre du cacao 2012 : les bas revenus appauvrissent les paysans ouest-africains et menacent l’approvisionnement en cacao

5 décembre 2012 - DB [Déclaration de Berne]

“L’exploitation des enfants dans le secteur du cacao s’explique en grand partie par le fait que les paysans vivent clairement en dessous du seuil de pauvreté. Une paupérisation qui annonce la création de goulots d’étranglement dans l’industrie du chocolat. Voice*, le réseau européen sur le cacao, publie son «Baromètre du cacao 2012» et fournit de nombreux éléments qui justifient la nécessité d’un «Living Income» pour les paysans des principaux pays de production ouest-africains. La publication évalue également les efforts fournis par les Etats, les entreprises et les organisations non étatiques pour un développement durable du secteur du cacao.

Quelle entreprise de chocolat vise quelle durabilité? Quels Etats veulent être co-responsables des droits du travail dans la chaîne d’approvisionnement du chocolat? Quelles initiatives indépendantes des Etats poursuivent l’enrayement du travail forcé des enfants dans le secteur du cacao, et avec quelles mesures? Et combien de cacao certifié pourra à l’avenir être acheté dans les magasins? Le nouveau baromètre du cacao répond à ces questions, et livre des informations richement illustrées se basant sur les baromètres de 2009 et 2010. Principal constat de l’étude: la plupart des petits paysans cultivateurs de cacao provenant des principaux pays de production tels que la Côte d’Ivoire et le Ghana vivent bien en dessous du seuil de pauvreté. Beaucoup d’entre eux devraient gagner dix fois plus pour atteindre le seuil de pauvreté de deux dollars par jour et par personne…”

Nos partenaires