[rapport] La moitié des sites du Patrimoine mondial sont menacés par des activités industrielles

6 avril 2016 - WWF

“Selon le dernier rapport du WWF, 114 des 229 sites naturels et mixtes inscrits au Patrimoine mondial sont menacés par des activités industrielles néfastes. Concessions pétrolière, minière ou gazière, surpêche, exploitation forestière illégale, surexploitation des ressources en eau, infrastructures de transport ou de tourisme : les menaces sont nombreuses.

Reconnus par l’UNESCO pour leur valeur universelle exceptionnelle, c’est-à-dire leur beauté naturelle, leur biodiversité, leurs caractéristiques géologiques ou écologiques, ces sites incarnent la notion d’aire protégée par excellence. Il n’existe pas de plus haut niveau de protection de l’environnement.

En sauvegardant de vastes aires d’habitat, plus de 279 millions d’hectares au total, les sites contribuent également au développement économique et social…

Sur la base des recommandations du rapport, le WWF exhorte également les gouvernements nationaux à interdire toute activité industrielle pouvant avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle des sites du Patrimoine mondial. Ils doivent notamment soumettre les multinationales aux normes les plus strictes en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE).

Le WWF appelle également le secteur privé à prendre ses responsabilités : les entreprises doivent s’engager à ne plus exercer d’activité susceptible de dégrader les sites du Patrimoine mondial et les investisseurs à cesser de financer tout projet ou toute entreprise impliquant une activité de ce type…

Au total, plus d’un million de personnes vivent au sein même de ces sites, tandis que les dix autres millions sont établis dans les zones tampons, dans les villes ou les villages alentours…

Plus de 20% des sites naturels du Patrimoine mondial se trouvent en milieu marin où la surpêche s’avère parfois désastreuse pour leurs écosystèmes…

Bien que le Comité du patrimoine mondial pose depuis longtemps comme principe l’incompatibilité de l’exploration et de l’extraction de pétrole et de gaz avec l’inscription au Patrimoine mondial, force est de constater la présence de concessions d’hydrocarbures dans près de 20% des sites naturels jouissant de ce statut…

Le plus souvent illégale, l’exploitation forestière menée dans les forêts humides tropicales prive les gouvernements de plusieurs milliards de dollars de recettes chaque année103. Dans certains pays, 90% de l’activité est menée à en toute illégalité. Par exploitation forestière illicite à grande échelle, on entend à la fois l’abattage de bois en zone interdite, l’absence de plans de gestion, l’excès de prélèvement, le défaut de paiement de charges et d’impôts, et en n l’absence de consultation ou de consentement des communautés locales…

Construites sur les sites du Patrimoine mondial, les grandes infrastructures industrielles, à commencer par les voies routières, les chemins de fer et les réseaux électriques peuvent altérer la ore et la faune sauvages locales ainsi que les écosystèmes dans leur globalité et leur capacité à fournir des moyens de subsistance aux populations locales…”

Un site du Patrimoine mondial sur cinq abrite des mines ou des concessions minières…

Faute de gestion rigoureuse, l’utilisation de l’eau au sein et aux alentours des sites du Patrimoine mondial a de graves conséquences sur leurs écosystèmes…”

Télécharger le rapport

Photo : site EuropeAid

Nos partenaires