ONG : la directive européenne MiFID II peine à lutter contre la spéculation alimentaire

- Dario Sarmadi - Traduit par Marion Candau

“…La réforme de la directive européenne sur les marchés d’instruments financiers a pour objectif de rendre les échanges plus transparents et plus surs. À l’avenir, MiFID II établira des limites visant à éviter une concentration trop élevée de spéculateurs sur le marché.

Ainsi, il devrait y avoir un nombre maximum de contrats à terme pouvant être détenu par des particuliers ou des groupes. La limite doit toutefois encore être fixée par l’Autorité européenne des marchés financiers lors de l’établissement des normes techniques.

Le dernier document de travail de l’ESMA indique que les fonds spéculatifs, ou fonds d’investissement, seront autorisés à contrôler jusqu’à 40 % d’un marché des produits de base…

Une situation qui risque d’aboutir à une grande distorsion du marché et à de fortes hausses des prix, craint Oxfam. Avec d’autres organisations européennes, l’ONG appelle à une limite maximale à 15 %.

Une autre inquiétude réside dans le fait que les grandes entreprises pourront partager leurs positions entre plusieurs filiales…

Oxfam a également critiqué le pouvoir excessif du secteur financier lors des consultations…Sur les 170 contributions, 94 viennent d’entreprises, dont 69 % appartiennent au secteur financier…”

Photo : RSE et PED

Nos partenaires