L’accord-cadre mondial H&M/IndustriALL permet d’accélérer la réintégration de travailleurs licenciés d’usines au Myanmar et au Pakistan

7 janvier 2016 - Industriall

“…Huit dirigeants syndicaux ont été licenciés de cette usine de confection en octobre 2015, ce qui a déclenché une grève d’un mois. La Confédération des Syndicats du Myanmar (CTUM) a fait état de ce conflit au bureau régional d’IndustriALL pour l’Asie du Sud-est, qui a invoqué l’ACM auprès du Département pour la Durabilité de H&M à Rangoun et en Suède, sachant que cette affaire soulève la problématique de la liberté syndicale.

Le Département pour la Durabilité de H&M a alors fait pression pour le dialogue, à la fois par le biais de son bureau sur place à Rangoun et auprès des propriétaires de Jiale Fashion à Hong Kong. Le Département pour la Durabilité de H&M, IndustriALL et la CTUM ont été impliqués tout au long du processus jusqu’à ce qu’un accord soit conclu entre les travailleurs et l’employeur.

En plus de réintégrer les travailleurs licenciés, l’entreprise a accepté de reconnaître le syndicat, l’Organisation syndicale de Jiale Basic, affiliée à la CTUM et IndustriALL par le biais de la Fédération des Travailleurs de l’Industrie du Myanmar (IWFM)…

En novembre 2015, 88 travailleurs de l’usine Denim Clothing Company (DCC) au Pakistan avaient été mis dehors pour avoir revendiqué leurs droits. Le conflit a débuté lorsque cinq représentants des travailleurs ont été licencié sur le champ pour avoir demandé à discuter de certaines problématiques comme l’absence de sécurité sociale et d’assurances ou celle de rémunérations en dessous du salaire minimum souvent versées avec retard. 83 collègues qui s’étaient montrés solidaires avaient également perdu leur emploi.

Dans le cadre de cet ACM nouvellement conclu avec H&M, les parties ont travaillé ensemble pour que les 88 travailleurs retrouvent leur poste, par le biais de négociations avec l’affilié pakistanais d’IndustriALL, la NTUF et la direction locale de Denim Clothing. L’ensemble des travailleurs a été réintégré avec l’intégralité de leur salaire depuis le 26 novembre, date à laquelle ils avaient été mis à pied…”

 

Nos partenaires