La véritable histoire de l’or “togolais” raffiné en Suisse [enquête]

9 septembre 2015 - DB [Déclaration de Berne] - Auteurs : Marc Guéniat et Natasha White en collaboration avec Peter Dörrie

“Chaque année, des milliers de tonnes d’or minier sont importés en Suisse. Très peu d’informations filtrent sur l’origine de ce métal précieux. Les raffineurs prétendent que leurs chaînes d’approvisionnement sont soumises à des contrôles très stricts. Pourtant, notre enquête révèle que l’or importé du Togo provient en réalité des mines artisanales du Burkina Faso. Le métal précieux y est extrait dans des conditions déplorables par une main d’œuvre composée de 30 à 50% d’enfants. Cet or est ensuite acheminé illégalement au Togo par des réseaux de contrebandes. Ce trafic prive le Burkina Faso de revenus essentiels pour son développement, alors que la moitié de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

A Lomé, capitale du Togo, le métal précieux est acheté par une famille libanaise qui l’exporte, désormais en toute légalité, vers son antenne genevoise. Cet or illégitime est ensuite vendu à Valcambi, la plus importante raffinerie de Suisse. Alors qu’elle prétend appliquer les standards «les plus stricts» pour garantir le respect des droits humains sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement, Valcambi ne semble pas se soucier de la véritable origine de cet or. Comme souvent, les autorités suisses préfèrent «ne pas savoir», selon l’expression employée par une source au sein de la police fédérale.”

Pour soutenir l’action de la “Déclaration de Berne”, se rendre sur le site.

Nos partenaires