FIFA : rapport historique sur les obligations de la FIFA relatives aux droits humains, publié par le professeur John Ruggie

“Il établit, en outre, une exigence mondiale pour toutes les organisations sportives, tant lors des grands événements que dans le cadre des activités courantes, y compris le marketing et le parrainage.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré: « La FIFA a commandé ce rapport et doit à présent mettre en oeuvre les recommandations. Le professeur Ruggie a clairement indiqué que l’ensemble des droits doit être respecté, sans exception, et ce dans tous les domaines d’activité de la FIFA, notamment, mais pas exclusivement, les grands événements tels que la Coupe du monde masculine. »

Le rapport précise que « les droits humains internationalement reconnus englobent les droits à la vie et à la sécurité physique, la non-discrimination, les droits à la liberté de pensée, d’expression et de religion, la liberté d’association et de circulation, les droits à l’éducation et au travail, à la vie familiale et à la vie privée, à l’alimentation et à l’eau, le droit de ne pas être soumis à la torture, à l’esclavage ni au travail forcé, ainsi que les droits à des conditions de travail équitables et décentes, y compris la liberté syndicale et le droit de négociation collective. »

Et « Lorsque la FIFA n’est pas en mesure de réduire les graves conséquences en matière de droits humains en usant de son influence, elle devrait envisager de suspendre ou de résilier la relation. »

« Ce rapport montre clairement que la FIFA doit agir résolument. De même, le Qatar, qui ne respecte pas les normes énoncées dans le rapport, doit, dans la perspective du Forum des Nations unies sur les entreprises et les droits de l’homme qu’il accueillera la semaine prochaine, s’engager réellement à procéder à une réforme globale. Le système d’esclavage moderne pour les travailleuses et les travailleurs migrants, le déni total de la liberté syndicale et du droit de négociation collective, les salaires de misère et la grande discrimination dont sont victimes les travailleurs participant au vaste programme d’infrastructure de 2022 ne sont pas du tout conformes aux directives mises en exergue par le professeur Ruggie. Ce rapport représente un défi majeur pour la FIFA et offre également au Qatar la possibilité de procéder à une réforme profonde de sa législation du travail médiévale et de conserver, dès lors, le droit d’organiser la Coupe du monde en 2022, » a déclaré Sharan Burrow…”

Nos partenaires