Beny Steinmetz Group Resources doit impérativement répondre aux interrogations relatives à une concession minière en Guinée

2 avril 2020 - Global Witness

 »

Le Financial Times a publié de sérieuses allégations de corruption relatives à la confiscation de la moitié de l’une des plus importantes concessions de minerai de fer au monde et à son octroi à une société liée à un milliardaire de la filière minière.[i] L’accord semble avoir permis à la société de cet homme d’affaires, Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), de dégager plusieurs centaines de millions, voire de milliards, de dollars de bénéfices en l’espace de quelques mois suite à la cession d’un peu plus de la moitié de l’actif.

Les allégations auxquelles le Financial Times fait référence ont été présentées à BSGR et à son partenaire de joint-venture, le géant minier brésilien Vale, par un comité d’examen minier instauré par la Guinée, état de l’Afrique de l’Ouest.[ii] Ce comité leur a accordé 60 jours pour répondre aux allégations avant la tenue d’une audience formelle qui permettra de déterminer s’il convient de résilier les licences minières du joint-venture. BSGR affirme ne rien avoir à se reprocher et le Sunday Times a signalé que Beny Steinmetz envisageait de boycotter le comité.[iii] Vale n’a pas émis de commentaires publics sur les allégations mais a été cité par leFinancial Times comme ayant déclaré que le groupe « effectue des travaux de diligence raisonnable appropriés avant de procéder à ses investissements ».

Dans une déclaration publiée le 7 novembre 2012, BSGR affirme « remettre en cause la légitimité de tout le processus » et compte « employer tous les moyens possibles pour protéger les droits qu’il a acquis légalement en Guinée ».[iv]

Étant donné l’extrême pauvreté de la Guinée et l’importance internationale de la zone minière visée – la chaîne de montagnes du Simandou, riche en fer – Global Witness estime que toute la lumière doit être faite sur la question et demande instamment à BSGR d’apporter une réponse exhaustive aux allégations. La société devrait publiquement communiquer des détails sur les négociations relatives aux blocs 1 et 2 de la gigantesque concession de minerai de fer du Simandou. Des renseignements complets devraient également être fournis sur les modalités des accords que BSGR a passés avec les gouvernements guinéens successifs et Vale, le numéro 1 mondial de la production de minerai de fer. De même, Vale devrait répondre publiquement à toutes les questions pertinentes et décrire les travaux de diligence raisonnable qu’elle a consacrés à son projet en Guinée… »

L’article inclut un lien vers la réponse de BSGR.

Nos partenaires