World Gold Council : Norme sur l’or libre de conflit

1 mars 2012 - World Gold Council

La norme relative à l’exploitation aurifère sans conflit est destinée aux membres du World Gold Council et aux autres sociétés engagées dans le secteur de l’extraction aurifère. Cette norme a été conçue dans le but de définir une démarche commune permettant aux producteurs de montrer que l’or extrait est obtenu d’une manière qui ne vient pas alimenter les conflits ou les violations des droits de l’homme généralement associées à ces conflits…

Le World Gold Council a engagé des travaux vers la fin de l’année 2009 en vue d’élaborer une « norme relative à l’exploitation aurifère sans conflit ». Par la suite, les États-Unis ont adopté une loi (section 1502 de la loi Dodd-Frank, juillet 2010) classant quatre minerais (étain, tantale, tungstène et or) dans la catégorie des « minerais du conflit » potentiels. En mai 2011, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a également publié un guide concernant l’approvisionnement responsable en minerais. La loi Dodd- Frank est entièrement axée sur la République démocratique du Congo et les pays avoisinants ; le guide de l’OCDE, comme la démarche du World Gold Council, s’applique de manière globale aux zones dites « de conflit ou à haut risque ».

Le World Gold Council, qui soutient fermement la notion de production responsable, estime que l’exploitation aurifère doit être une source de développement économique et social quel que soit le lieu d’extraction et que toute possibilité de financement des conflits par le biais d’une telle exploitation doit être éliminée. À ce titre, la conformité aux dispositions de la norme sera contrôlée par des intervenants extérieurs.

Cette initiative est importante, non seulement en raison des enjeux immédiats liés à tout conflit, mais également parce que les mesures prises pour faire face aux conflits doivent être structurées de façon à ne pas stigmatiser les nouvelles extractions d’or. De nombreux observateurs s’inquiètent du fait qu’en poursuivant l’objectif visant à exclure tout « or des conflits » du marché, on risque de porter atteinte à l’industrie minière aurifère (et aux moyens de subsistance des mineurs) dans certaines des régions les plus vulnérables au monde. Par conséquent, ce livret s’achève par quelques exemples illustrant la contribution apportée par l’exploitation aurifère à la croissance économique, la réduction de la pauvreté et au développement…”

 

Nos partenaires