RDC : quel bilan, quinze ans après la remise en ordre de la filière bois ?

2 août 2017 - Jeune Afrique - Muriel Devey Malu-Malu

“Le toilettage de la filière bois et de la gestion forestière en RDC a commencé en 2002, avec pour double objectif, d’une part, de remettre de l’ordre dans le secteur en assurant la pérennité du modèle économique de valorisation durable des ressources et, d’autre part, de protéger les forêts congolaises…

Outre le tri effectué parmi les 285 titres forestiers distribués avant et pendant les conflits à des fins purement spéculatives, sans aucun respect de l’environnement et des droits des populations riveraines, un moratoire interdisant l’octroi de nouveaux titres…

En 2015, 3 nouveaux titres, portant sur une superficie d’environ 650 000 ha, ont été accordés dans la province de la Tshopo (Nord, chef-lieu Kisangani), à deux sociétés à capitaux chinois : la Millénaire forestière (Somifor) et la Forestière pour le développement du Congo (Fodeco).

Une situation dénoncée par Greenpeace dans un rapport publié à Kinshasa en juillet 2016…

Quinze ans après cette remise en ordre du secteur, quel bilan peut-on en dresser ? Après abrogation ou conversion des anciens titres forestiers et conformément aux dispositions du code forestier, 57 contrats de concessions forestières ont été signés, assortis de plans de gestion validés par l’administration forestière et de clauses sociales conclues avec les communautés riveraines. Soit une superficie de plus de 10 706 000 ha (soit plus de 107 060 km ).

Par ailleurs, 21 titres ont été résiliés…”

 

Photo : site EuropeAid

Nos partenaires