[Rapport Conseil de stabilité financière] Seul un tiers des 1000 premières entreprises mondiales évaluent le risque climatique

1 avril 2016 - Actu-Environnement [France] - Agnès Sinaï

“Le Conseil de stabilité financière (FSB) coordonne au niveau international le travail des autorités financières nationales et des entités internationales chargées de réguler le secteur de la finance. Ce Conseil est présidé par Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre. Son secrétariat est basé à Bâle, en Suisse, sous l’égide de la Banque des règlements internationaux…

Annoncé lors de la COP 21 et présidé par Michael Bloomberg, ce groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TCFD) doit fournir des informations “comparables, fiables, claires et efficaces” aux prêteurs, aux assureurs et aux investisseurs. Son premier rapport dresse un inventaire des initiatives existantes…

Citant la Chine, Mark Carney a évoqué le chiffre de 4.000 milliards de dollars par an durant les 15 prochaines années pour réaliser des infrastructures vertes. Chiffre à rapprocher du montant global des green bonds estimé à 40 milliards de dollars en 2015, ce qui ne représentent pour le moment qu’un pour cent du marché obligataire mondial…

Dans le même sens, l’Energy Transition Risk a été lancé à Paris le 31 mars 2016 par un consortium coordonné par le think tank financier français 2 Degrees Investing Initiative, comprenant Standard & Poor’s, Kepler Chevreux, I4CE (ex-CDC Climat Recherche) et le programme “Sustainable Finance” de l’Université d’Oxford…”

Photo : jeunes pêcheurs au Cameroun – F. Lefèbvre – Site EuropeAid

Nos partenaires