Pour un changement d’échelle des financements privés du climat

1 octobre 2015 - Proparco [Groupe AFD] - [Revue Secteur Privé et Développement]

“La transition vers un monde sobre en carbone nécessite des investissements conséquents. Son financement ne pourra se faire sans une implication accrue du secteur privé. Un changement d’échelle
est indispensable. Comment l’accompagner ?

Alors que l’on espère un accord ambitieux sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) à la conférence de Paris, la question du nancement de la transition vers un monde sobre en carbone est plus que jamais d’actualité. Les investissements nécessaires à cette transition sont en effet colossaux : près de 1 000 milliards de dollars par an à partir de 2035. Il sera non seulement indispensable de mobiliser les fonds publics mais aussi de rediriger un ux important de capitaux privés vers des projets durables. Grâce à un certain nombre d’avancées fiscales, réglementaires, techniques et économiques, les investissements privés dans des projets sobres en carbone ne sont pas négligeables – en particulier dans le secteur des énergies renouvelables. Le renouvelable est de plus en plus compétitif alors que les énergies conventionnelles commencent à être pénalisées pour leurs impacts environnementaux.

Selon les secteurs, les investisseurs auront besoin d’approches et d’outils différents pour maîtriser les risques spécifiques et rendre leurs investissements « climat » attractifs, que ce soit économiquement ou financièrement.

Ces instruments sont, pour certains d’entre eux, déjà disponibles ; d’autres restent à concevoir. Les institutions nancières de développement ont joué un rôle central dans leur développement.

Aujourd’hui, tout l’enjeu est de changer d’échelle, de façon à ce que les flux d’investissements privés soient à la hauteur des besoins.

Ce vingt-deuxième numéro de la revue Secteur Privé & Développement questionne le rôle du secteur privé dans le financement de la transition énergétique et explore les pistes de son indispensable développement. Il met en regard les enjeux de la conférence de Paris sur le climat et l’implication du secteur privé, dresse un bilan des outils développés dans le cadre du protocole de Kyoto et explore des pistes qui pourraient mener à un changement d’échelle…”

Photo : site EuropeAid

Nos partenaires