Nouveau rapport – Indice CSI des droits dans le monde – Les pires pays au monde pour les travailleurs

“…L’indice CSI des droits dans le monde note les pays à partir de 97 indicateurs, et en fonction de leur résultat ils sont classés dans une des cinq catégories suivantes.

1 – Violations des droits sporadiques : 18 pays dont le Danemark et l’Uruguay
2 – Violations réitérées des droits : 26 pays dont le Japon et la Suisse
3 – Violations régulières des droits : 33 pays dont le Chili et le Ghana
4 – Violations systématiques des droits : 30 pays dont le Kenya et les États-Unis
5 – Les droits ne sont pas garantis : 24 pays dont le Bélarus, le Bangladesh et le Qatar
5+ – Les droits ne sont pas garantis du fait de l’absence de l’État de droit : 8 pays dont le République centrafricaine et la Somalie…

Sur la base des rapports que nous recevons de nos organisations affiliées, des travailleurs ou des travailleuses de 53 pays au moins ont été licenciés ou suspendus de leur emploi pour avoir tenté de négocier de meilleures condi- tions de travail. Dans la grande majorité de ces cas, la législation nationale ne garantissait aucune protection ou ne prévoyait pas de sanctions suffisamment dissuasives pour que les employeurs s’acquittent de leurs responsabilités. De fait, les employeurs et les pouvoirs publics sont complices pour faire taire la voix des travailleurs et des travailleuses qui s’élève contre l’exploitation.

L’augmentation des relations d’emploi précaires a rendu les travailleurs et tra- vailleuses encore plus vulnérables à la discrimination sur le lieu de travail. Dans la grande majorité des pays, les gouvernements ont été persuadés de modifier leur législation du travail afin de favoriser différentes formes de travail précaire. Dans pratiquement tous les pays, les contrats temporaires, le travail intérimaire, le travail pour compte d’agence, la sous-traitance et d’autres modalités de travail précaire connaissent une expansion rapide. Compte tenu de l’instabilité de leur situation d’emploi et du risque élevé de licenciement, les travailleurs/euses du monde du travail précaire sont dissuadés d’adhérer à un syndicat et d’être couverts par la négociation collective. De ce fait, les travailleurs et travailleuses qui se trouvent dans des formes d’emploi précaires ne bénéficient pas de l’appui nécessaire pour améliorer leur situation d’emploi.

Alors que le droit de grève est reconnu dans la plupart des pays, dans au moins 87 d’entre eux la législation et la pratique excluent certains types de travailleurs de ce droit. Au moins 37 pays imposent des amendes ou même des peines de prison à la suite de grèves légitimes et pacifiques. Dans des pays tels que le Qatar ou l’Arabie saoudite, l’exclusion des travailleurs migrants des droits collectifs du travail signifie que dans les faits plus de 90 pour cent de la main-d’œuvre n’a aucun moyen d’exercer ses droits du travail, et que dans ces deux pays où persistent des lois archaïques de parrainage, les pratiques de travail s’appa- rentent à du travail forcé.

Rien que dans les 12 derniers mois, dans au moins 35 pays les autorités ont eu recours à l’arrestation ou la détention de travailleurs/euses come tactique pour s’opposer aux revendications de droits démocratiques, de salaires décents, de conditions de travail plus sûres et salubres, et de sécurité de l’emploi. Dans 9 pays au moins, l’assassinat ou la disparition de travailleurs/euses est une pratique courante d’intimidation…”

Mots clés : |

Thèmes associés : | | | | | |

Secteurs associés : |

Domaines associés de la RSE : | | |

Pays associés : | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Entreprises associées : |

Acteurs associés :

Nos partenaires