Inde, projet Bunder de Rio Tinto : des promesses non-tenues pour les travailleurs et les communautés riveraines

26 février 2016 - Industriall

“Pendant cette visite à Chattarpur, les villageois des communautés riveraines ont exprimé une forte opposition au développement du projet Bunder et leur mécontentement par rapport à Rio Tinto, en écho au résultat d’une consultation organisée par les autorités il y a un an. Selon les articles de presse parus sur le sujet, seul sept villageois ont soutenu le projet contre deux cent cinquante qui s’y sont opposés.

La communauté riveraine est préoccupée par la politique d’emploi de Rio Tinto, faisant écho en cela à ce qu’IndustriALL a rapporté dès le début de sa campagne Rio Tinto il y deux ans. L’entreprise emploie actuellement environ 400 personnes pour la phase de prospection de Bunder, la majorité d’entre elles étant recrutées par le biais d’un sous-traitant local.

Rio Tinto prétend sur son site internet qu’il accorde la priorité à l’emploi local et que 70% des travailleurs de Bunder proviennent des communautés riveraines. Cependant, au cours de la visite effectuée par IndustriALL et l’INMWF, les villageois et PEHAL, une ONG impliquée dans la défense des communautés riveraines, ont indiqué que seul un tiers des travailleurs provenaient réellement des villages environnants…

Rio Tinto déclare également que l’emploi local est organisé sur base de rotations de sorte à bénéficier à davantage de familles. En réalité, les villageois se plaignent de ne pas pouvoir travailler plus de quatorze journées par mois, avec un salaire minimum quotidien de 375 roupies (US$ 5,5) pour les travailleurs qualifiés et de 235 roupies (US$ 3,4) pour les non-qualifiés. Ces conditions ne permettent pas un niveau de vie décent. De plus, les travailleurs qui prospectent à Bunder peinent à la tâche douze heures par jour. On a par ailleurs rapporté que certains travailleurs ont été favorisés et ont reçu le statut de travailleur qualifié simplement pour avoir été favorables à l’ouverture de la mine.

Les villageois ont rapporté que lorsque des travailleurs ont essayé de s’organiser en syndicat afin d’avoir de meilleures conditions, ils ont tous été mis à la porte par les sous-traitants…

Selon certains rapports, plus d’un million d’arbres devraient être détruits si le projet devait aller de l’avant…”

Photo : Etienne Claeye – Site EuropeAid
Programme de conservation de l’eau au Rajasthan

Nos partenaires