Équateur : Recrudescence de la criminalisation de la protestation sociale dans des contextes de projets d’extraction

“La FIDH et ses organisations membres en Équateur, la CEDHU et la INREDH publient et présentent aujourd’hui à Quito un rapport (en espagnol) analysant le phénomène de la criminalisation de la protestation sociale en Équateur. Le rapport demande notamment à l’État de reconnaître l’importance de la liberté d’expression et la légitimité des actions pacifiques de dénonciation, d’opposition et d’observation relatives à des projets d’extraction minière liés aux problématiques de la gestion du territoire ou de la gestion publique. Il examine les violations de la Convention américaine relative aux droits humains (CADH) par l’État équatorien au cours de procédures judiciaires visant plusieurs dirigeants communautaires et défenseurs des droits humains en Équateur.”

Photo : RSE et PED

Nos partenaires