En Afrique, la traçabilité des « minerais de sang » reste un défi pour la filière

4 mai 2017 - Le Monde Afrique - Pierre Lepidi

“L’OCDE, dont le 11e forum se tient à Paris, travaille à renforcer le contrôle des chaînes d’approvisionnement dans les zones de conflit, notamment au Congo-Kinshasa.

Depuis 1996, les conflits en République démocratique du Congo (RDC) ont fait plus de 5 millions de victimes. Dans la région des Grands-Lacs, les exactions sur les populations sont perpétrées pour quelques grammes de minéraux précieux, de tantale ou de tungstène, indispensables à la fabrication de matériel électronique. La zone est instable, violente…

Le forum parisien, qui rassemble près de 850 acteurs liés à l’exploitation minière, s’est notamment fixé pour mission de faire le point sur l’application et la mise en œuvre du Guide sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais issus des zones de conflit

« C’est très bien d’avoir des règles, mais où sont les mécanismes de mise en œuvre de ces règlements ?, s’interroge Safanto Bulango, responsable au sein de l’ONG Max Impact. Nous voulons que l’exploitation minière profite au développement des communautés locales et notamment aux creuseurs qui, au bout de cette longue chaîne, souffrent et ne profitent pas des exploitations. Au fond des mines, personne n’a entendu parler des recommandations de l’OCDE. ».

Selon une estimation de l’Unicef, 40 000 jeunes garçons et filles creusent dans les mines de RDC. Lors du vote au Parlement européen, la députée socialiste belge, Marie Arena, avait expliqué que « ce travail était souvent effectué par des enfants travaillant comme des esclaves plus de douze heures d’affilée. »…

Les règlements sur la traçabilité des minéraux précieux – dont le coût engendré (l’achat des étiquettes ou de la certification régionale) doit être supporté par l’amont de la filière – semble se heurter à la réalité d’une zone complexe sous la coupe de groupes armés ultra violents…

En RDC, les violations contre les droits humains ont augmenté de près de 30 % entre 2015 et 2016, selon un rapport du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme…”

 

Photo : CNCD11.11.11

Nos partenaires