Actes de la conférence « Chaines d’approvisionnement mondial et travail décent : quels outils pour évaluer les conditions de travail ? » [19/11/2015]

19 novembre 2015 - OIT, Université Paris Dauphine

“En introduction, Cyril Cosme, directeur du bureau de l’OIT pour la France, a rappelé que le sujet des chaines d’approvisionnement mondiales (CAM) était à l’ordre du jour de la Conférence Internationale du Travail de juin 2016. Le changement d’échelle de ces CAM dans les dernières décennies invite les entreprises, les acteurs publics, les partenaires sociaux et la société civile à s’interroger sur leurs capacités à maîtriser les risques inhérents à leur extension. Pour cette conférence qui se situe dans le prolongement des Entretiens France-BIT organisé au Collège de France en janvier 2015, le BIT et l’Université Paris Dauphine ont décidé de privilégier une approche opérationnelle centrée sur la question des instruments mobilisés par les entreprises pour contrôler et évaluer les conditions de travail de leurs fournisseurs…

Les messages clés du chapitre 5 du rapport « Emploi et Questions sociales dans le monde 2015 » consacré aux chaines d’approvisionnement mondiales :

  • Une augmentation très rapide des échanges de biens intermédiaires a été observée jusqu’en 2008 avant une quasi-stagnation.
  • Cet accroissement a été rendu possible grâce à plusieurs facteurs : la diminution du coût de transport international, les politiques commerciales et d’investissement international et par une plus grande fragmentation des processus de production par l’intermédiaire des nouvelles technologies.
  • Il est difficile de prévoir les évolutions futures. Dans certains secteurs, on observe une relocalisation de la production, les entreprises pouvant être à la recherche d’une plus grande stabilité sociale. Cependant, pour la première fois depuis bien longtemps, l’investissement international dans les pays européens dépasse l’investissement international européen vers l’extérieur.
  • Un emploi sur cinq dans le monde est connecté aux CAM. Ces emplois sont de plus en plus souvent liés aux services, notamment aux services aux entreprises. Les femmes sont surreprésentées dans les emplois salariés liés aux CAM dans les pays en développement. La tendance est inverse dans les pays développés.
  • Les CAM ont globalement un impact positif sur la productivité mais quasiment nul sur les salaires ce qui expliquerait en partie le creusement des inégalités…

En 2010, Orange a lancé en commun avec Deutsch Telecom et Telecom Italia, une initiative sectorielle, la JAC (Joint Audit Corporation) qui regroupe désormais dix membres. Dans ce cadre, les fournisseurs doivent appliquer des normes et conditions sociales, environnementales et éthiques conformes aux ambitions des opérateurs. La plupart des produits étant fabriqué en Asie du Sud-Est, la grande majorité des audits est effectuée dans cette zone…”

Dessin : Stephff pour RSE et PED

Nos partenaires