RD Congo : plus d’un million de personnes privées de leur accès aux ressources naturelles du lac Tshangalele suite à sa contamination permanente par les rejets miniers

12 août 2016 - UMOJA

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 02/08/UMOJA/2016

“PLUS D’UN MILLION DE PERSONNES HABITANTS LE SECTEUR DE LA LUFIRA SONT PRIVEES DE LEUR DROIT DE JOUIR DES RESSOURCES NATURELLES DU LAC TSHANGALELE SUITE A SA CONTAMINATION PERMANENTE PAR LES REJETS MINIERS CONTENANT DES METAUX LOURDS.

En effet, depuis plusieurs années, les entreprises minières de Likasi, en l’occurrence la Gécamines-SARL, les entreprises SMCO, CJCMC, MJM, et d’autres ; produisent du cuivre et du cobalt, en rejetant les eaux de lavage des minerais et les effluents contenant des métaux lourds dans les rivières Likasi, Buluo et Panda ;qui se déversent à leur tour dans la rivière Lufira pour terminer leur course dans le Lac Tshangalele, à Kapolowe dans le secteur de la Lufira.

L’enquête sur l’évaluation de la contamination de la chaîne trophique par les éléments traces (Cu, Co, Zn, Pb, U, V, et As) dans le bassin de la Lufira au Katanga en RDC, menée en 2009-2010 par une équipe mixte de l’unité de recherche en aquaculture de l’université de Lubumbashi, de l’unité de science du sol de l’université de Liège en Belgique, de l’unité de Minéralogie-Pétrographie du Musée Royal de l’Afrique Centrale en Belgique, ainsi que du Projet de développement de la pêche artisanale de l’aquaculture au Katanga de la Coopération Technique Belge à Lubumbashi ; a démontrée la présence d’une forte teneur en cuivre (70,9 ppm) et cobalt (32,3 ppm) dans les effluents du KIMPULANDE. Ces effluents ont contaminées, et continuent à contaminer, les poissons du Lac Tshangalele chez qui l’on a trouvé dans les branchies et les muscles une accumulation des métaux lourds : le Plomb, l’uranium,le Cuivre,le Cobalt, le Cadmium, Zinc et l’Arsenic ; confirmant ainsi la pollution de la ville de Likasi et du bassin de la Lufira par les effluents des entreprises minières à partir des rivières Likasi, Panda, Buluo…

En effet, les résultats relatifs à la concentration en éléments traces dans l’eau, dans les feuillets et les poissons indiquent une forte concentration en éléments traces dans les effluents des usines de Likasi qui polluent fortement la rivière Panda où les valeurs du Plomb sont multipliés par 6, celles du Zinc par 9 et celles du Cadmium par 22, celles du Cuivre à 84 et celles du Cobalt à 66.

Notre Objectif :
« Que la RDC soit un pays doté des services publics de qualité et accessibles à tous, un pays sans disparité entre les sexes, où la bonne gouvernance est érigée en pratique, et dans un environnement de sain et sans SIDA »

Tandis que dans le Lac Tshangalele, les résultats présentent des fortes teneurs en éléments traces et les plus fortes concernent le Cuivre, le Cobalt et le Zinc. En effet, la teneur en métaux lourds dans les poissons capturés dans la rivière Lufira et dans le Lac Tshangalele est plus élevée (34 à 84 mg/Kg pour le Cobalt, 19 à 37 mg/Kg pour le Cuivre et 100 à 184 mg/Kg pour le Zinc).

En conclusion, il y a effectivement contamination des rivières Buluo, Panda, Lufira et du lac Tshangalele par les éléments traces dont la source principale de cette pollution est les entreprises minières de Likasi dont les unes sont citées ci-haut.

Cette contamination est préoccupante, non seulement qu’elle abolit l’utilisation de l’eau pour les usages domestiques, mais pour les dommages qu’elle cause aux organismes aquatiques et pour lesquels leur consommation présente un risque sur la santé des populations riveraines.

Au regard de ce qui précède, l’ONG UMOJA, recommande :

1. Aux Entreprises Minières

  •  La modification du procédé pour améliorer la récupération et cesser de générer des résidus contenant des teneurs économiques en métaux ;
  •  La construction des bassins de rétention;
  •  La restauration des parcs à rejets pollués ;
  •  Le nettoyage des rivières polluées (Likasi, Buluo, Panda, Lufira et lac Tshangalele ;
  •  La mise à la disposition des communautés des plans d’études d’impact environnementaux des activités minières ;
  •  La mise en place dans leurs entreprises des commissions de suivi et de gestion de l’impact environnemental de leurs activités sur les communautés ;
  •  Les négociations avec les communautés riveraines du secteur de la Luira, et celles du Kimpulande à Likasi, en vue de leur indemnisation ;
  •  La réhabilitation du parc à résidus « KIMPULANDE » de Shituru.

 Etc.
2. Aux Organisations de la Société Civile :

  •  Mener un plaidoyer en faveur d’une gestion participative de l’environnement ;
  •  Renforcer la capacité des communautés riveraines sur les stratégies et mécanismes de défense et de protection de l’environnement ;
  •  Renforcer la capacité des communautés riveraines sur les stratégies et les méthodes d’un plaidoyer pour le changement ;
  •  Vulgariser le code minier, le Règlement minier, la Loi sur les principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement et les RSE/Katanga ;
  •  Appuyer et accompagner les communautés riveraines dans leur lobbying en vue de réclamer réparation et indemnisation pour les préjudices subis.

3. Aux Autorités politico-administratives :

  •  Sanctionner les entreprises pollueuses de l’environnement conformément au principe pollueur – payeurconformément à la Loi sur les principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement en RDC;
  •  Faire appliquer les dispositions du Code minier, du Règlement minier, et surtout de la Loi sur les principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement ;
  •  Impliquer les communautés locales dans le suivi de la gestion environnementale ;
  •  Publier les rapports des audits environnementaux ;
  •  Etre avocats de leurs administrés auprès des opérateurs miniers au lieu d’être avocats des opérateurs miniers auprès de la population.

4. Aux Partenaires Techniques et Financiers du peuple Congolais :

  •  Peser de tout leurs poids auprès du Gouvernement et des autorités locales en faveur du respect de l’environnement par les opérateurs miniers ;
  •  Appuyer le plaidoyer des OSC en faveur de la protection de l’environnement ;
  •  Appuyer les activités de vulgarisation par les OSC des textes légaux comme de la RSE/Katanga auprès des communautés riveraines et des opérateurs miniers ;
  •  Appuyer les activités de renforcement de capacité des communautés riveraines sur les stratégies et méthodes d’un plaidoyer.

5. A l’IDAK

  •  Demander aux entreprises minières responsables de la pollution des rivières et du Lac Tshangale de réhabiliter les sites pollués et de payer les populations victimes ;
  •  Sanctionner les entreprises minières pollueuses en leur octroyant chaque année des « Diplômes de mauvaise performance environnementale (DMPE) ».

Fait à Likasi, le 12 Août 2016
LE DIRECTEUR EXECUTIF,
Augustin MWAMBA LUMBALA
Coordonateur du Plaidoyer pour la réduction de la pollution de l’environnement suite aux activités minières dans la Ville de Likasi et dans le Secteur de la Lufira
Team Leader Gouvernance Locale et Décentralisation au Cadre de Concertation de la Société Civile de Likasi.”

Photo : RSE et PED

 

Nos partenaires