[Rapport] Qatar : la FIFA hors-jeu sur les droits des travailleurs migrants [travail forcé]

31 mars 2016 - Amnesty International

  • “Pour accueillir la Coupe du Monde de football de 2022, le Qatar fait construire à tours de bras des infrastructures par des travailleurs migrants, en provenance d’Asie du Sud-est.

Nous avons enquêté sur un chantier de rénovation de l’un des stades de la Coupe : le Khalifa International Stadium. Les conditions de vie de ces migrants y sont désastreuses.

Elles contrastent de manière choquante avec celles des footballeurs qui se retrouveront sur le terrain en 2022. Les multinationales qui travaillent sur place et les pays de leurs sièges ne doivent plus faire l’autruche…

La litanie des abus subis par la plupart des travailleurs au Qatar est accablante :

  • logements sordides surpeuplés ;
  • versement de sommes considérables à des recruteurs dans leur pays d’origine pour obtenir un travail au Qatar ;
  • tromperie quant à la rémunération ou au type de travail offerts ;
  • non-versement ou paiement en retard des salaires
  • non délivrance de permis de séjour par des employeurs, ce qui fait courir le risque aux migrants d’être arrêtés et expulsés en tant que « fugueurs » ;
  • des employeurs confisquent les passeports des travailleurs et ne leur donnent pas de permis de sortie du territoire.

S’ils se plaignent de ces conditions, les travailleurs sont menacés par leurs employeurs. De telles pratiques constituent une forme de travail forcé aux termes du droit international.

Ce type d’abus a pourtant été largement documenté depuis 2010. Mais, la situation change peu ou pas. Et la FIFA ne fait pas grand chose pour y remédier.

Photo : RSE et PED

Nos partenaires