Exploitation minière artisanale en RD Congo : mobilité et transparence

13 août 2015 - Banque Mondiale

Les points marquants

  • Les motos sont devenues vitales pour accéder aux petits sites miniers isolés et exploités de manière artisanale en République démocratique du Congo.
  • Avec les autorités du pays, des donateurs privés, des partenaires au développement et des acteurs industriels, la Banque mondiale a conçu une initiative pour fournir des équipements (dont des motos, des GPS et des ordinateurs) afin d’améliorer les conditions de vie de ces mineurs.
  • Associée au programme de traçabilité iTSCi, qui vérifie que les minerais ne proviennent pas de zones en conflit, cette initiative sécurise les moyens de subsistance de milliers de personnes et aide les entreprises locales à respecter les normes internationales.

Aujourd’hui, le système concerne environ 800 mines de RDC et profite à 80 000 mineurs. Il s’agit de peser, ensacher, étiqueter et suivre chaque sac de minerais depuis la mine jusqu’aux marchés. Grâce au projet iTSCi, des dizaines de milliers de mineurs artisanaux ont accès à des marchés officiels pour écouler les produits qu’ils extraient. Labiteziza Seyinda, mineur dans une mine d’étain dans l’est de la RDC le confirme : « Pour nous, cela signifie plus de transparence et moins de contrebande. Sans parler de la fin des pratiques d’intimidation. »

Les industriels mondiaux de l’étain ont indiqué qu’au premier semestre 2014, 99 % de l’étain provenant d’Afrique centrale étaient tracés par iTSCi. Paul Mabolia Yenga, coordonnateur national du projet PROMINES, rappelle que le système « permet au gouvernement de rompre le lien entre conflit et ressources minières, d’augmenter les recettes de l’État et de sécuriser les moyens de subsistance de milliers de citoyens congolais. »…”

Photo : site EuropeAid

Nos partenaires