Migrations de main-d’œuvre : le côté obscur du phénomène [Étude]

29 juillet 2015 - OIT

“Une nouvelle étude de l’OIT (“Indispensable yet unprotected: Working conditions of Indian domestic workers at home and abroad (2015)“, en anglais) décrit les pièges des migrations de main-d’œuvre pour les travailleuses domestiques tant en Inde qu’à l’étranger et permet aux décideurs politiques et aux prestataires de services de mieux comprendre la nature du travail forcé et de la traite des êtres humains dans la région.
….

A propos des normes de l’OIT pour les travailleurs migrants et les travailleurs domestiques

Il reste encore beaucoup de progrès à accomplir tant dans les pays d’origine que dans les pays d’accueil. L’OIT aide les États Membres à fournir une protection adéquate aux travailleurs migrants.

Le Protocole de 2014 relatif à la convention sur le travail forcé, 1930, et une Recommandation sur des mesures complémentaires en vue de la suppression effective du travail forcé jouent un rôle essentiel en garantissant des conditions égales pour tous en matière de recrutement et de placement des travailleurs, notamment transfrontaliers.

Le nouveau protocole prévoit l’obligation de punir les personnes ayant recours au travail forcé et de mettre un terme à l’impunité très répandue dans tant de pays. L’OIT fait campagne pour que le Protocole relatif à la convention sur le travail forcé soit ratifié par au moins 50 pays d’ici 2018, le Niger étant le premier État à avoir ratifié cette nouvelle norme du travail en mai 2015.

En outre, la Convention (n° 189) sur les travailleuses et travailleurs domestiques, 2011, fournit un cadre solide propre à favoriser le respect des droits des travailleurs domestiques migrants dans leur pays et à l’étranger. Elle a été ratifiée par 21 pays.

Ces normes internationales, si elles sont mises en œuvre, devraient permettre aux 44 millions de travailleuses domestiques recensées dans le monde de travailler dans des conditions décentes. Ce faisant, il en résultera une situation de gagnant-gagnant qui bénéficiera tant aux employés qu’aux employeurs.”

Photo : Etienne Claeye – Site EuropeAid

Nos partenaires