Israël : dur travail d’enfants palestiniens dans des fermes de colonies

13 avril 2015 - Human Rights Watch

“Des exploitations agricoles de colonies israéliennes en Cisjordanie recourent au travail d’enfants palestiniens pour cultiver, récolter et empaqueter des produits agricoles, dont la plupart est destinée à l’exportation, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui…

La politique israélienne consistant à promouvoir les transferts de civils dans les territoires palestiniens occupés et la confiscation par Israël dans ces territoires de terres et de ressources destinées aux colonies de peuplement, constituent des violations des obligations d’Israël en tant que puissance occupante, aux termes de la 4ème Convention de Genève. Ces violations sont aggravées par des violations des droits humains des Palestiniens qui travaillent dans les colonies, y compris d’enfants, a affirmé Human Rights Watch. Israël devrait démanteler les colonies et, en attendant, devrait interdire aux colons d’employer des enfants palestiniens, conformément à ses obligations en vertu des traités internationaux sur les droits de l’enfant et sur le droit du travail…

Les enfants que Human Rights Watch a interrogés ont déclaré qu’ils souffraient de nausées et de vertiges. Certains ont affirmé qu’ils s’évanouissaient parfois lorsqu’ils travaillaient en été, par des températures dépassant fréquemment 40 degrés Celsius à l’extérieur et encore supérieures à l’intérieur des serres dans lesquelles de nombreux enfants travaillent. D’autres enfants ont indiqué qu’ils avaient été pris de vomissements, ou avaient eu des difficultés à respirer et des irritations des yeux et de la peau après avoir épandu des pesticides ou avoir été exposés à ceux-ci, y compris dans des espaces clos. Certains ont fait état de maux de dos après avoir transporté de lourds cageots remplis de fruits et légumes ou porté comme des « sacs à dos » des conteneurs de pesticide.

Le droit du travail israélien interdit de faire porter de lourds fardeaux à des jeunes, de les faire travailler par des températures élevées et manipuler des pesticides dangereux, mais Israël n’a pas appliqué ces lois pour protéger les enfants palestiniens travaillant dans ses colonies…

Les enfants que Human Rights Watch a interrogés ont déclaré qu’ils souffraient de nausées et de vertiges. Certains ont affirmé qu’ils s’évanouissaient parfois lorsqu’ils travaillaient en été, par des températures dépassant fréquemment 40 degrés Celsius à l’extérieur et encore supérieures à l’intérieur des serres dans lesquelles de nombreux enfants travaillent. D’autres enfants ont indiqué qu’ils avaient été pris de vomissements, ou avaient eu des difficultés à respirer et des irritations des yeux et de la peau après avoir épandu des pesticides ou avoir été exposés à ceux-ci, y compris dans des espaces clos. Certains ont fait état de maux de dos après avoir transporté de lourds cageots remplis de fruits et légumes ou porté comme des « sacs à dos » des conteneurs de pesticide.

Le droit du travail israélien interdit de faire porter de lourds fardeaux à des jeunes, de les faire travailler par des températures élevées et manipuler des pesticides dangereux, mais Israël n’a pas appliqué ces lois pour protéger les enfants palestiniens travaillant dans ses colonies…

les États membres de l’UE ont émis des directives dans lesquelles ils conseillent à leurs entreprises de prendre en considération les inconvénients juridiques, financiers et en termes de réputation de leur implication dans le commerce avec les colonies de peuplement, mais sans aller jusqu’à donner instruction aux entreprises de mettre fin à un tel commerce. Dans la pratique, les États-Unis continuent d’accorder un traitement préférentiel aux produits en provenance des colonies de peuplement israéliennes, en vertu de l’Accord de libre échange américano-israélien. Les États-Unis devraient réviser cet accord pour en exclure les produits des colonies. Le Département américain du Travail tient à jour et publie une liste de plus de 350 biens en provenance de pays étrangers qui sont produits par le recours au travail forcé ou au travail d’enfants, mais ils n’y ont pas inclus les produits des colonies de peuplement israéliennes.

Les autres pays et leurs entreprises devraient se conformer à leur propre responsabilité de ne pas tirer profit des violations des droits humains des Palestiniens de Cisjordanie ou de ne pas y contribuer, en mettant fin à leurs relations d’affaires avec les colonies, notamment à leurs importations de produits agricoles en provenance des colonies, a affirmé Human Rights Watch…”

Photo : RSE et PED

Nos partenaires