ÉVÉNEMENTS EN LIGNE

VIDÉOS, PRÉSENTATIONS
DHDV#9 – Mécanisme de traitement des réclamations de l’AFD et perspective camerounaise

#9 CYCLE droits humains et devoir de vigilance des entreprises – Phase mise en oeuvre

Intervenant.e.s

Lucie Guillet, Chargée des réclamations environnementales et sociales, AFD – Agence Française de Développement [France]

Joseph Désiré Zebaze, Coordonnateur National, RECODH –  Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’Homme [Cameroun]

Modération : Sandra Cossart, Directrice générale et Responsable des programmes, Sherpa [France]

Vidéos

Intervention de Lucie Guillet, AFD

Intervention de Joseph Désiré Zebaze, RECODH

Présentations

Présentation de Lucie Guillet, AFD

 

 

 

 

 

 

Présentation de Joseph Désiré Zebaze, RECODH

 

 

 

 

 

Ressources : pour aller plus loin

AFD, 2017, Règlement du dispositif de gestion des réclamations environnementales et sociales

AFD, 2018, Liste des réclamations environnementales et sociales enregistrées

RECODH, 2014, Rapport d’observation Respect des droits de l’homme sur les sites des grands projets: cas de Lom Pangar, Mballam, Mobilong et Nkamuna

Assemblée nationale, 2017, Loi du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordreDHDV9_J.ZEBAZE

Cycle droits humains et devoir de vigilance des entreprises

Pour plus d’information et pour vous inscrire, cliquez ici.

Biographies

Après un master de gestion des risques dans les pays du Sud à Sciences Po Bordeaux, Lucie Guillet a travaillé pour différents acteurs du développement sur des projets urbains et leurs liens avec la société civile : ONU-Habitat, l’Ambassade de France auprès des Etats de la Caraïbe Orientale, l’ONG Enda Tiers-Monde et PLATFORMA, le réseau européen de la coopération décentralisée. Elle a rejoint l’équipe interministérielle de négociation sur le climat pour s’occuper des relations avec la société civile de 2014 à 2016. Elle pilote le Secrétariat du Dispositif de gestion des réclamations environnementales et sociales de l’AFD depuis sa création en janvier 2017.

Banque publique et solidaire, l’AFD (Agence Française de Développement) est l’acteur central de la politique de développement française. Elle finance des projets dans de nombreux secteurs – énergie, santé, biodiversité, eau, numérique, formation – dans les pays en développement, émergents et l’Outre-mer. Son action accompagne la transition vers un monde plus sûr, plus juste et plus durable, et s’inscrit pleinement dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD). Présente dans 108 pays via un réseau de 85 agences, l’AFD finance et suit aujourd’hui plus de 2500 projets de développement. www.afd.fr

Après sa Licence en Histoire de l’Université de Dschang (2001), Joseph Désiré Zebaze s’engage comme journaliste et rédacteur en chef du journal panafricain ” VISION D’AFRIQUE” jusqu’en mai 2006. Il a aussi étudié la sémiotique appliquée à la publicité à l’Université de Yaoundé 1 (2008/2009) et a renforcé ses capacités par de nombreuses formations avec des structures comme l’AUF, MDF et l’UNITAR en économie verte, droits de l’homme, droits fonciers, développement organisationnel, web 2 :0, montage et gestion des projets. Il est, depuis le 4 août 2016, Coordonnateur National du Réseau camerounais des organisations des droits de l’homme (RECODH). Auparavant, il a été Facilitateur de la Stratégie Nationale d’Engagement d’International Land Coalition, Conseiller technique de la Coalition PCQVP Cameroun,  Assistant Administratif de la Facilité pour le Développement de Capacités Locales (LCDF) de la SNV, et Consultant en gouvernance auprès de la Banque mondiale (Projet PAEQUE). M. ZEBAZE enseigne les “Politiques forestières” et “La gouvernance des ressources naturelles dans le Bassin du Congo” pour les étudiants de Master 1 et 2 de l’Université de Yaoundé 2 ; en même temps qu’il prépare un Master 2 en Gouvernance et Evaluation des Politiques Publiques au sein de la même Université. Il est le rédacteur principal du Rapport d’observation du « Respect des droits de l’homme sur les sites des grands projets au Cameroun : le cas de Lom Pangar, Mballam, Nkamuna et Mobilong ».

Le Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’homme (RECODH) est un réseau associatif légalisé, constituée d’associations et de collectifs d’associations travaillant pour la promotion et la protection des droits de l’homme, la cohésion sociale et la gouvernance. Le RECODH est né le 6 Janvier 2010, d’une recommandation du Programme National de Gouvernance de la République du Cameroun pour la période 2006-2010 qui, dans sa composante « Amélioration de la participation des citoyens et de la société civile à la gestion des affaires publiques », a prévu un axe ‘‘ Renforcement des capacités des ONG des droits humains ‘’, avec pour principale activité la création d’un réseau de coordination des ONG des droits humains. Sa vision est la suivante : En 2020, le Cameroun est un pays où les droits de l’Homme et les libertés fondamentales sont effectivement respectés sans discrimination aucune, grâce à la performance et à la crédibilité des membres et responsables du RECODH engagés et déployés au niveau national. Organisés en Coordinations régionales dans les dix régions du Cameroun, les membres du RECODH travaillent pour un seul et même but : la culture des droits de l’homme au Cameroun. www.recodh.org

Sandra Cossart, Sherpa, agissant en tant que Directrice générale et Responsable des Programmes. Avocate de formation, elle a commencé sa carrière dans les organisations internationales, Parlement européen et Conseil de l’Europe, avant de travailler plusieurs années à Moscou comme responsable d’un projet de coopération de l’Union européenne en Russie. A son retour en France, elle rejoint un cabinet d’avocats où elle pratique le conseil et le contentieux, notamment en droit des affaires, et s’implique parallèlement dans des associations d’aide aux réfugiés. En 2002, elle part s’installer à Londres et développe une activité de conseil pour des entreprises avant d’intégrer le Business and Human Rights Resource Centre. Après huit années passées en Angleterre, elle a rejoint Sherpa en 2010. Sandra Cossart est diplômée de Paris I, Sciences Po, le Collège d’Europe et de la London School of Economics et parle couramment l’anglais et le russe.

_____________________________________________________

Les partenaires de ce cycle sont :

 

 

 

Les partenaires diffusion du cycle sont :

 

 

 

 

Ce cycle bénéficie du soutien de :

 

 

 

Nos événements en ligne donnent la parole aux acteurs et ne reflètent pas nécessairement les vues de l’AFD, de l’OIF ou de la Région Bretagne.

Photo : CC0 Creative Commons

Thèmes associés :

Domaines associés de la RSE : |

Acteurs associés :

Nos partenaires