ÉVÉNEMENTS EN LIGNE

En Afrique de l’Ouest, des petites entreprises agroalimentaires lancent une démarche RSE et se dotent d’une charte « RESEAO-26000 »

Le 31 octobre 2020 -

Être une entreprise africaine à taille humaine et adopter une démarche RSE : une utopie ? Non ! Voici un exemple de projet où des entreprises africaines agroalimentaires ont décidé de faire de la RSE un levier. Ce projet est porté par 4 ONG : le CIDR, APME.2A, ETD et ICD, et RSE et Développement y a participé.

Contexte

Bénin, Burkina-Faso, Mali, Togo
Depuis dix ans, le CIDR, ONG française, collabore avec trois ONGs africaines (APME.2A au Burkina Faso, ETD au Togo et au Bénin, et ICD au Mali). Ensemble, elles ont mis en place dans ces pays des plates-formes de promotion d’entreprises agroalimentaires locales.
Grâce à ces plateformes, un système d’accès au marché local, dénommé ESOP, Entreprises de Services et Organisations de Producteurs, et basé sur des entreprises qui jouent un rôle d’interface entre des producteurs et les marchés, a été développé.
Une ESOP transforme et commercialise la production agricole créant de la valeur ajoutée et permettant l’accès à des marques commerciales (comme « Riz Délice ») ; elle assure (au minimum à 75%) son approvisionnement auprès de petits producteurs ; elle leur fournit à crédit les intrants agricoles; elle apporte des conseils techniques au cours de visites régulières.
Une gouvernance partagée au sein des ESOP (détenue de manière équitable entre salariés, organisations de producteurs et financeurs) garantit un juste équilibre des intérêts des parties prenantes dans les prises de décisions.
Avec le soutien des quatre plateformes pays, un important réseau d’ESOP se développe, alliant amélioration des capacités de production des producteurs, contractualisation des achats et mise sur le marché de produits de qualité.

Perspectives

Un nouveau programme, lancé en 2012, vise la consolidation du réseau existant tout en multipliant par trois le nombre d’ESOP sur les filières actuelles (soja, riz, lait, fonio) et sur d’autres filières prometteuses (petit élevage à cycle court, maraîchage, niébé..).
Ainsi, en 2015, 100 entreprises, en relation contractuelle avec 35 000 agriculteurs locaux (soit environ 200 000 membres de leur familles), constitueront un maillon clé du développement de circuits agroalimentaires garantissant aux producteurs un accès durable aux marchés urbains.
Le programme intègre comme objectif de renforcer les performances des entreprises sur les plans économique, social et environnemental, notamment au travers de l’élaboration et la mise en place d’une charte RSE.

Cette charte de responsabilité Sociale et Environnementale devra :

  • garantir un schéma de Développement Durable dans le contexte de croissance ;
  • garantir une cohérence entre les préoccupations sociales et environnementales du CIDR et de ses partenaires et les pratiques sur le terrain

La charte RSE élaborée a défini pour les entreprises adhérentes les 7 engagements suivants :

  1. Pérenniser leur activité par une meilleure compétitivité
  2. Avoir des pratiques transparentes respectant les codes éthiques des affaires
  3. Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des petits producteurs et productrices
  4. Avoir un impact positif sur les employés
  5. Conseiller les agriculteurs sur des techniques durables et respectueuses de l’environnement
  6. Avoir un impact positif sur l’environnement et réduire les impacts négatifs résultant de ses activités
  7. Contribuer au bien-être communautaire

Cette charte, dénommée RESEAO-26000 (Responsabilité Environnementale et Sociale des Entreprises Agroalimentaires de l’Ouest-africain), élaborée à partir des 7 questions centrales de la norme ISO26000, est destinée aux 100 entreprises promues au sein des 4 plateformes ; et, pourquoi pas dans le futur, à être étendue à d’autres entreprises de l’Afrique de l’Ouest ?

Les partenaires du projet

Secteurs associés :

Domaines associés de la RSE :

Pays associés : | | |

Acteurs associés :

Nos partenaires