Rapport et campagne contre les violences et à l’exploitation des travailleuses des usines chinoises

1 décembre 2016 - Peuples Solidaires

« Pour un jouet vendu 20 euros, Mattel dépense 2,5 euros en publicité alors que les travailleuses qui l’ont fabriqué en Chine perçoivent moins d’un euro. Exploitées au travail, ces ouvrières du jouet font également face à des discriminations et à des violences basées sur le genre.  De nombreuses marques telles que Mattel, Disney, McDonalds, Walmart, et Fisher-Price sont concernées…

L’enquête du China Labor Watch, co-financée par Solidar Suisse menée de mai à septembre 2016 dans 4 usines chinoises produisant notamment pour Mattel, et Disney, révèle qu’en plus des atteintes à leurs droits au travail, les femmes subissent des violations spécifiques.

Dans les usines concernées, les travailleuses subissent harcèlement sexuel et autres violences basées sur le genre sans soutien ni recours existant. Leurs droits sexuels et reproductifs sont bafoués. Elles sont discriminées lorsqu’elles sont enceintes, aussi bien à l’embauche qu’une fois employées. Elles ne bénéficient pas des congés et des équipements prévues par la loi et ne peuvent continuer à générer des revenus dans des conditions de travail difficiles et dangereuses…

Nous demandons aux grandes marques du jouet de prendre les mesures suivantes pour le respect des droits des ouvrières du jouet :

  • supprimer les semaines de 80 heures ;
  • verser un salaire permettant de vivre ;
  • sécuriser les lieux de travail ;
  • être transparent envers les consommateurs.rices sur les conditions de fabrication
  • respecter les droits des femmes au travail et fournir des données spécifiques (pourcentage de femmes dans les syndicats, les employé.e.s, niveaux de poste occupés par les femmes, etc.) »

Dessin : Stephff pour RSE et PED

Nos partenaires