ÉVÉNEMENTS EN LIGNE

COMPTE-RENDU, VIDÉOS, PRÉSENTATIONS
ODD#3 – Engager les acteurs économiques sur les ODD

Le 27 octobre 2017 - ,

Intervenants

Fabrice Bonnifet, Directeur Développement Durable et QSE, Groupe Bouygues [France]

Morgane Graffion, Chargée de mission RSE, Global Compact France [France]

Modération: Sylvain Boucherand, B&L Évolution [France]

 

Vidéos

Sylvain Boucherand, B&L Evolution – Introduction du webinaire

Farice Bonnifet, Groupe Bouygues

Morgane Graffion, Global Compact France

Session de questions et réponses

Présentations

Fabrice Bonnifet est intervenu sans support de présentation

Présentation de Morgane Graffion – Global Compact France

 

 

 

 

 

 

Compte-rendu

Ce webinaire, organisé le 27 octobre 2017, est le troisième du cycle ODD et entreprises, co-organisé par RSE et Développement et B&L Evolution. Deux interventions, celle de Fabrice Bonnifet, directeur du développement durable du Groupe Bouygues et directeur du C3D, ainsi que celle de Morgane Graffion, chargée de mission RSE au sein du Global Compact France, ont permis d’appréhender la place des ODD dans les stratégies RSE des entreprises en France, avec entre autres leur propagation, le niveau de priorité des différents objectifs, et la dimension internationale de l’initiative.

Après une introduction de Sylvain Boucherand, qui a rappelé la place des ODD comme feuille de route des états membres pour atteindre les 17 priorités de développement durable d’ici 2030, Fabrice Bonnifet et Morgane Graffion ont présenté leurs perspectives et les stratégies envisagées par leur groupe et organisation pour promouvoir l’intégration des ODD dans les modèles économiques.

L’intervention a tout d’abord consisté en une série de questions et réponses entre Sylvain Boucherand et Fabrice Bonnnifet

Quelles sont les nouveautés des ODD par rapport aux OMD ?
Fabrice Bonnifet a tout d’abord noté l’amélioration de la matérialité des enjeux des ODD par rapport aux OMD, notant que la feuille de route que sont les ODD permet une concentration sur des objectifs de développement durable qui est plus pertinente et plus concrète pour les entreprises. Ceci permetde combler le déficit de solidarité créé par la faiblesse de la gouvernance des états, déléguant et permettant le développement de solutions au niveau des villes et des entreprises.

Quel serait le « bon » niveau de gouvernance pour la mise en oeuvre des ODD? Comment s’approprier les outils de gouvernance afin d’organiser efficacement les actions?
La bonne stratégie pour s’approprier des outils de gouvernance et organiser efficacement une stratégie nationale et globale revient à faire prendre conscience aux entreprises que le modèle économique qu’elles utilisent n’est plus durable, et qu’une transformation fondamentale permettrait non seulement un développement durable, mais aussi la création de nouvelles opportunités économiques. Une transition de l’économie linéaire, qui consomme et dispose de ressources naturelles, vers l’économie circulaire, qui limite l’exploitation de ressources primaires en permettant une économie plus inclusive et durable, est essentielle.

Certains ODD sont-ils prioritaires pour les entreprises ?
Certains ODD, notamment sur l’accès aux services d’eau et d’assainissement, ou encore au développement urbain durable et ouvert, sont particulièrement alignés sur les compétences et objectifs du groupe Bouygues, même si les autres restent importants. Cependant, spécialisé dans le bâtiment et l’infrastructure, le Groupe Bouygues réfléchi à de nouvelles solutions pour intégrer les priorités des ODD dans ses modèles de développement en France et ailleurs pour faire face aux problèmes contemporains :  des bâtiments s’autonomisent en réutilisant leur propre eau dans les endroits en stress hydrique, ou encore le modèle Urbanera utilisant des bâtiments hybrides à économie positive, qui mettent à disposition des espaces publiques et partagés pour des acteurs secondaires, maximisant ainsi le taux d’usage des espaces, en sont quelques exemples.

Pour déployer ces solutions, comment avez-vous sensibilisé l’ensemble des parties prenantes, y compris vos employés et les populations locales ?
Il est possible de réconcilier une transition économique qui répondrait aux défis environnementaux, tout en créant de nouvelles opportunités économiques – réflexion que le réseau C3D s’empresse de diffuser. Enfin, une campagne de mobilisation des parties prenantes doit avoir lieu entre les entreprises engagées dans la transition économique et l’intégration des ODD, et leurs salariés, ainsi que les collectivités locales, notamment par le biais de modèles de concertation et de collaboration pour ajuster les pratiques de l’entreprise aux problématiques des populations locales.

Quelles sont les actions mises en place par le Groupe ?
Au-delà de l’obligation morale des entreprises pour tendre vers une production sans carbone, une stratégie globale de développement durable entend une réduction des émissions de carbone par entreprise. Ceci peut se faire notamment par la recherche de nouveaux matériaux, ou en employant une approche du « carbone évité » à travers des pratiques telles que la télémédecine, les réunions en téléprésence, ou les bâtiments auto producteurs en énergie.

Comment les pays d’Afrique peuvent-ils optimiser l’utilisation des bâtiments hybrides à économie positive ?
L’optimisation consiste à faire comprendre aux utilisateurs qu’ils ont tout intérêt à investir dans des bâtiments hybrides. Il s’agit d’ouvrir les zones mixtes de bâtiments spécialisés, par exemple les restaurants d’entreprise, les parkings, etc, à des utilisateurs secondaires qui n’aurait autrement pas l’accès à de telles structures. Ce système rapporterait aussi des profits à la maîtrise d’ouvrage qui conçoit les bâtiments.

Quels dispositifs de communication le groupe Bouygues a-t’il mis en place ?
Notre dispositif de communication principal est Bouygues Développement Durable en ligne.

Morgane Graffion a ensuite présenté l’initiative du Global Compact, initiée par Koffi Annan aux Nations Unies. Rappelant qu’il s’agit de la plus large initiative en terme de responsabilité sociétale, Morgane Graffion a souligné la diversité des acteurs (en majorité des entreprises de toutes tailles mais également d’autres organisations) travaillant sur quatre thèmes : les droits de l’homme, l’environnement, les normes internationales du travail, et la lutte contre la corruption. Le Global Compact France, antenne locale du Global Compact en France, mobilise des acteurs du secteur privé qui s’engagent à respecter et mettre en œuvre des actions sur 10 grands principes et à communiquer tous ls ans sur les progrès réalisés. Le réseau français compte plus de 1200 participants, dont 1166 entreprises, tous mobilisés autour des 169 cibles des ODD.
Les ODD, pour ces entreprises, permettent également de trouver de nouvelles opportunités commerciales dans l’alimentation, l’agriculture, la santé, l’infrastructure et les villes. Reconnaissant l’importance du secteur privé dans le développement durable, le Global Compact France met en place des outils et ressources pour diffuser de l’information sur les ODD, promouvoir des indicateurs concrets et chiffrés pour une évaluation et une stratégie plus adéquate, et mobiliser les acteurs autour de priorités concordantes à dimension internationale. Parmi ces ressources, le SDG Compass, la « boussole des ODD » permet de comprendre comment intégrer et communiquer efficacement sur les ODD. D’autres outils existent comme la SDG industry matrix, le Tour de France des PME, des outils de reporting, ou encore une plateforme en ligne pour rendre publique les actions de chacun. Morgane Graffion a souligné l’importance de noter les externalités négatives comme positives des actions entreprises pour intégrer les ODD dans les stratégies commerciales. L’intégration de ces 17 objectifs aux stratégies des entreprises permet d’accroitre leur réputation et permet parfois d’obtenir des avantages concurrentiels. Afin de sensibiliser les parties prenantes, Morgane Graffion a réitéré l’importance d’engager le discours avec tous les acteurs afin de sensibiliser les entreprises et l’ensemble de leurs partenaires; notamment, les acteurs de la finance qui par leurs choix d’investissement, ont un poids particulier.

Ressources documentaires

Vidéos:

Ministère des Affaires Étrangères Suisse, 2016, 17 objectifs pour un meilleur monde

Nations-Unies, 2016, 17 objectifs pour transformer notre monde

Documents et liens:

Nations-Unies, Les Objectifs du Développement Durable, site Internet, liste complète avec les cibles

Nations-Unies, 2015, Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030

Nations-Unies, 2017, Rapport sur les Objectifs du Développement Durable

Commission économique pour l’Afrique (CEA), 2015, communiqué de presse

B&L Evolution, 2016, Objectifs du développement Durable des Nations-Unies, les entreprises se mobilisent !

B&L Evolution, 2016, Entreprises, contribuez aux Objectifs du développement Durable

SDG Compass, le guide des ODD à destination des entreprises (SDG Compass dans les autres langues)

Global compact, 2015, SDG Industry Matrix

Biographies

Fabrice Bonnifet a pour mission d’animer et de coordonner la démarche développement durable du Groupe Bouygues. Pour cela, il participe, en appui des managers, à l’évolution des modèles économiques des unités opérationnelles, il pilote des projets transverses associés notamment à la stratégie : énergie et carbone, ville durable, achats responsables, éco-conception et économie circulaire… Par ailleurs, il assure le reporting extra-financier et le dialogue avec les parties prenantes du Groupe. Enfin il anime la filière QSE/DD du Groupe et organise des séminaires d’auto-évaluations (EFQM/ISO 26000) et des formations à l’attention des managers sur le thème de la reconfiguration des systèmes de management pour tendre vers des modèles d’entreprises contributives. Il est également Président du Collège des Directeurs du développement durable (C3D) et Administrateur de The Shift Project.

Fabrice Bonnifet est ingénieur du Conservatoire des Arts et Métiers et il enseigne à l’Université de Paris Dauphine dans le Master Développement Durable & Organisations, à l’ENSAM et l’ESTP dans le Mastère Spécialisé Habitat & Construction durables.

Spécialisations : Ergonomie, ACV, méthodes et outils pour l’amélioration continue des processus, management des risques opérationnels, référentiels ISO & Intégration de systèmes de management, prévention-santé-sécurité, environnement (eau, énergie, carbone, biodiversité).

Morgane Graffion a occupé différents postes RSE (AccorHotels, BNP Paribas, Klepierre) avant de rejoindre le Global Compact France en tant que Chargée de mission RSE. Elle est en charge des COP GC Advanced (un niveau élevé de performance en matière de responsabilité sociétale) et accompagne les membres du Global Compact pour atteindre ce niveau. Elle pilote par ailleurs le Club GC Advanced, qui rassemble des entreprises de taille et de secteur variés, très ambitieuses en matière de RSE.

Le Global Compact des Nations Unies rassemble entreprises, organisations, agences des Nations Unies, monde du travail et société civile autour de dix principes universellement reconnus pour construire des sociétés plus stables et inclusives. Ces principes fournissent une feuille de route pour les organisations qui souhaitent faire progresser leur démarche de responsabilité sociétale et soutenir les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies. Cadre d’engagement volontaire, référentiel international, plateforme d’action et d’échanges, le Global Compact est la plus large initiative mondiale en matière de  responsabilité sociétale avec plus de 12 000 participants dans 170 pays.

Relais local officiel en France, le Global Compact France rassemble plus de 1100 entreprises et 100 organisations à but non lucratif. Le réseau français offre à tous un lieu d’échange stimulant pour initier, développer et partager leurs démarches de responsabilité sociétale. Après s’être largement mobilisée dans la lutte contre le changement climatique, l’association s’est donnée pour mission d’initier un mouvement national favorisant l’intégration de la responsabilité sociétale et des 17 ODD par les petites et moyennes entreprises françaises, notamment au travers de son Tour de France PME.

Ingénieur, diplômé de l’Ecole Centrale de Lille, filière entrepreneuriat et management d’entreprises, Sylvain Boucherand commence sa carrière comme auditeur financier au sein du cabinet Mazars à Paris après un court passage dans l’industrie. Il prend conscience très tôt des enjeux environnementaux et de développement durable, et en fait sa spécialité à travers notamment des associations qu’il a dirigées. Il fait partie des pionniers travaillant sur les démarches structurées d’innovation pour les modèles d’affaires intégrant la responsabilité sociétale, la biodiversité et les services écologiques. Il accompagne ainsi entreprises et collectivités dans l’intégration des enjeux RSE, ODD et biodiversité à leur stratégie et à l’identification et aux stratégies parties prenantes ou reporting, alliant la pédagogie à la technique pour assurer un changement en profondeur. Il a également un fort engagement associatif et sociétale pour le développement durable.

 

Notre partenaire pour ce cycle

Les entreprises et les collectivités qui ont l’ambition de se développer de manière durable font confiance à l’équipe d’experts de B&L Évolution depuis plus de 6 ans. La société de conseil intervient à leurs côtés sur les stratégies d’innovation et démarches RSE, Énergie et Biodiversité grâce à des méthodologies sur mesure. B&L Évolution accompagne en particulier les directions générales, directions RSE ou du développement durable et les élus sur :

  • L’implication sociétale et la contribution aux Objectifs de développement durable (ODD)
  • L’identification des enjeux économiques, sociaux et environnementaux et des parties prenantes
  • La construction d’une stratégie et la transformation vers de nouveaux modèles économiques durables
  • La définition, le déploiement et l’animation de plans d’action
  • La production d’études, de benchmarks et d’analyses sectorielles

B&L évolution s’engage pour les ODD :
Très investis sur la mobilisation des acteurs pour la réalisation des Objectifs de Développement Durable de l’ONU (ODD), B&L Evolution a réalisé par exemple des états des lieux de la contribution des entreprises à cet agenda international (via leur démarche RSE, d’innovation ou encore leurs actions de mécénat et leurs partenariats). Ils accompagnent également les entreprises, petites et grandes, pour la compréhension et l’intégration des ODD. Leur métier de conseil et leur engagement leur confèrent un devoir d’exemplarité qui est au cœur de leurs engagements. C’est pourquoi ils ont mis en place une démarche interne qui s’inscrit dans ces 17 objectifs.


Nos événements en ligne sont réalisés en partenariat avec :

 

 

Nos partenaires diffusion pour ce cycle:

 

Thèmes associés :

Nos partenaires