En Afrique, l’innovation financière est une clé pour une révolution doublement verte

15 mai 2017 - Le Monde Afrique - Clément Chenost et Adrien Henry

« Pour le fonds d’impact Moringa Partnership, relever le défi de l’emploi et de la création de richesses dans les campagnes est crucial pour le développement du continent…

Pourtant, c’est sans doute dans l’agriculture que les innovations, à la fois financières et techniques, sont en train de transformer l’avenir de l’Afrique.
La « conservation finance », qu’on pourrait traduire par « financement de conservation de la nature », est au cœur d’un changement fondamental à l’œuvre sur le continent et promet d’apporter une solution à l’équation agricole africaine. Sur un peu plus de 5 milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) investis à travers le monde dans des projets de production durable de nourriture et de fibres, près de 500 millions de dollars ont pris la direction de l’Afrique, soit près de 10 %. C’est déjà plus qu’en direction de l’Asie (467 millions de dollars)…

La situation est éminemment paradoxale : l’Afrique importe l’équivalent de 50 milliards de dollars de nourriture chaque année alors même que plus de la moitié des terres arables non exploitées dans le monde se trouvent sur le continent !…

Les achats massifs de foncier contiennent une part de risque importante, surtout dans des pays où la population est encore pour 60 % rurale. Et l’Afrique peut apprendre des erreurs qui ont été commises dans les pays développés ou émergents en matière d’agriculture intensive et qui ont bien souvent provoqué appauvrissement des sols et détérioration des nappes phréatiques…

C’est justement la promesse de cette finance agricole durable qui vise à aligner trois objectifs pour financer la transition agro-écologique en calculant trois retours sur investissement : économique, environnemental et social. Ces nouveaux projets d’investissement limitent les achats de terres et reposent sur des partenariats avec des réseaux d’agriculteurs fournisseurs qu’ils se chargent de former et dont ils centralisent la production pour rationaliser sa mise en valeur et sa distribution… »

 

Photo : Guy Stubbs – Site : EuropeAid

Nos partenaires